Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 août 2017 3 30 /08 /août /2017 12:24

Mon récent billet dans lequel je cite les mots « théorie du complot » me vaut un abondant courrier.

 

Une lectrice m'informe en message privé qu'il existe bien un complot, c'est (je la cite) « La conspiration des imbéciles ». Elle me conseille la lecture du livre éponyme. Je suppose qu'elle veut parler du livre de John Kennedy Toole « la conjuration des imbéciles » et pas de la BD « La conspiration des imbéciles ». Si elle lit ces lignes peut-elle préciser ?

Elle me suggère aussi de lire « Mon chien stupide » de John Fante. Je ne vais pas la suivre pour ce dernier mais je la remercie infiniment de sa contribution.

 

Un lecteur remarque que l'accusation « C'est la théorie du complot » peut s'appliquer presque à toute action menée par un groupe.

« Il y a des groupes organisés dont le but est de tuer des non musulmans » aurait été qualifié de théorie du complot il n'y a pas si longtemps.

« Il y a, à la tête de l’État Français, un groupe de personnes qui considèrent que l'Algérie n'est peuplée que de citoyens de seconde zone » serait rentrée facilement dans cette catégorie.

Il multiplie les exemples en terminant par la lutte des classes de Karl Marx. L’existence de groupes qui s'opposeraient les uns aux autres est l'illustration typique de la théorie du complot.

Je le remercie de cette intéressante contribution et l'invite à poursuivre la réflexion en messages privés.

 

J'ai reçu un abondant courrier des tenants de la théorie du complot et de leurs adversaires. Le complot n'étant pas mon point je ne vais pas leur répondre.

Mon point est qu'il est très facile de ridiculiser une analyse politique en l'accusant de reposer sur une théorie du complot.

Mon deuxième point est que ce n'est pas parce qu'une analyse s'appuie sur une théorie du complot que les faits dénoncés ne sont pas exacts.

Mon dernier point est que l'existence d'un complot est sans importance. Quelle importance que les groupes multinationaux exploitant les richesses de pays comme le Congo complotent ou pas si les habitants dépossédés restent misérables ?

A mon avis la vérité est entre les deux.

Les groupes multinationaux œuvrent certainement dans l'ombre au maintien d'un statu quo qui leur est profitable.

Se poser la question « Sont-ils en train de faire la même chose en Europe ? » relève-t-il de la théorie du complot ?

Repost 0
Published by John Smith Images - dans La théorie du complot
commenter cet article
29 août 2017 2 29 /08 /août /2017 21:34

Un de mes lecteurs, remarquant mes problèmes avec les chiens, suggère que la cause pourrait en être les acouphènes. Je serais, selon lui, victime d'acouphènes sous forme d'aboiements canins.

 

Les acouphènes sont, me dit-il, des bruits que l'on imagine et la définition qu'en donne Wikipédia (Acouphènes définition) confirme son point de vue. Mes acouphènes me seraient simplement livrés sous formes d'aboiements.

En guise de traitement il me suggère d'utiliser des écouteurs qui diffuseraient le message « Couché ! A la Niche ! » et mes ennuis seraient terminés.

 

Le traitement des acouphènes en forme « voisins baisant à couilles rabattues » est encore plus simple : Il suffit de changer d'air. Une étude récente montre que les moines trappistes sont moins sujets aux acouphènes de type « voisin » que les habitants de zones pavillonnaires, sans que l'on sache vraiment pourquoi.

 

Il existe aussi des acouphènes plus compliqués à soigner. Citons les acouphènes de type « Bouter les Anglais hors de France » dont le seul traitement connu est de remplir la mission. Le traitement peut entraîner des effets secondaires fâcheux (brûlures de la peau, comportement erratique…) et des complications parfois fatales.

 

Il y a des cas bien documentés d'acouphènes résistants à tout traitement connu. Les soignants devront alors tenter de mettre fin aux souffrances du malade avant qu'il ne contamine le reste de la population, la crucifixion devant, à notre avis, rester l'exception.

Repost 0
Published by John Smith Images - dans Médecine Acouphène
commenter cet article
19 août 2017 6 19 /08 /août /2017 21:58

Maintenant que la poussière est en train de retomber, on peut commencer à faire un premier bilan de l'irruption de l'informatique dans le monde de la photographie.

 

Les nouveaux outils ont démocratisé la photographie. Le nombres de photographes pratiquant s'est vu multiplié par 1000. De nos jours, qui ne fait pas de photos ?

 

Ces nouveaux photographes se sont tout naturellement appropriés les outils à leur disposition depuis le téléphone portable caméra jusqu'au outils plus ou moins élaborés ou automatiques de traitement de l'image.

Ce faisant ils s'inscrivent dans la tradition de la photographie. Depuis les origines les photographes ont profité des moyens techniques à leur disposition, en choisissant certains, en refusant d'autres mais toujours à titre personnel. Nos nouveaux photographes sont certes nouveaux mais ils ne représentent pas une nouvelle sorte de photographes.

 

Pour des raisons faciles à comprendre mais longues à expliquer (conservatisme, principalement) l'idée s'est imposée que le post-traitement ne faisait pas partie de la photographie, que travailler les images était l’œuvre du diable puisque les grands anciens ne le faisait pas.

Les exemples prouvant le contraire sont si nombreux qu'il est inutile de les rappeler ici encore une fois. Les « grand anciens » intégraient toute la chaîne de production de l'image, savaient travailler leurs négatifs et pouvaient discuter avec leur tireur. Dire le contraire relève de la mauvaise foi ou de l'ignorance.

 

La conséquence de cette mauvaise foi et de cette ignorance est l'apparition d'une nouvelle espèce de photographes : Ils pensent qu'en photo tout doit se faire à la prise de vue.

Leur pratique étant fondée sur ce postulat erroné, ils ne sont pas satisfaits de leurs résultats. Ils deviennent aigris et méprisent le travail de leurs collègues plus aventureux. Leur leitmotiv étant « C'est fait au post-traitement » (post-traitement dont il ignorent presque tout, notons-le). Ils sont aigris.

 

Je ne leur en veux pas et je leur dédie cette image que je regarde en équeutant mes haricots :

 

http://johnsmithimages.net/galeries/001_En_Cours/pages_web/En_Cours_001.html

 

Cela dit j'ai décidé de ne plus collaborer avec eux pour 2017 et les années suivantes.

Repost 0
Published by John Smith Images
commenter cet article
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 11:49

Je ne sais pas si vous l'avez remarqué mais chaque fois que l'on se penche sur le détail en informatique, on tombe sur des nids de guêpes, des enchevêtrements de programmes mal construits, des bouts disparates qui tiennent à peine ensembles, la surprise n'étant pas que les programmes plantent, c'est qu'il fonctionnent.

 

La palme dans mon cas revient à Adobe Photoshop.

Dans la version CS5.1.0 il est censé y avoir un écouteur d'événements (clavier, souris etc.). En pratique ces fonctions ne sont pas même implémentées, elles ne sont pas même un peu écrites, elles sont inexistantes. Publicité mensongère donc, mais passons.

 

Je me mets donc à construire ma propre application qui capture les touches du clavier et oblige Photoshop à se comporter comme je le souhaite. Cela marchera si bien que j'en arrive à vouloir utiliser la reconnaissance vocale de Windows pour tirer pleinement parti de la puissance de mon nouvel outil. En effet je peux utiliser n'importe quelle touche du clavier pour effectuer n'importe quelle action au lieu de rester coincé avec les 12 touches F1… F12 de rigueur.

 

Il faut habituer la machine à reconnaître ma voix mais au bout d'un moment tout fonctionne à peu près correctement.

 

Il y a juste un détail c'est que quand je demande d'appuyer sur « 5 » c'est toujours le « 5 » du clavier central qui est enfoncé et pas celui du clavier numérique. C'est très agaçant parce qu'un appui sur les touches du pavé numérique ont une action différente des touches du clavier central. Or c'est le pavé que je dois atteindre.

Je contacte le service de Microsoft avec une question claire : « Peut-on avec la reconnaissance vocale atteindre le pavé numérique ? » La réponse (que je n'obtiendrai pas) est « non ». Personne n'y a jamais pensé apparemment. Pourquoi moi ?

 

Du coup, me voilà reparti à capturer les touches du clavier. L'idée est que si je demande à la reconnaissance vocale d'appuyer sur « 5 » du central je capture la frappe et lui fasse appuyer sur le 5 du pavé numérique.

Et là c'est très drôle.

Si le code côté langage de programmation pour reconnaître un « 5 » central est bien celui qui est donné par Microsoft POUR UNE FRAPPE EFFECTIVE, la reconnaissance vocale, elle, frappe une parenthèse car elle fonctionne avec le clavier anglais.

Pour obtenir que mon programme reconnaisse un « 5 » central frappé avec la reconnaissance vocale, mon programme doit recevoir en entrée un « 5 » puis le transformer en « maj +5 » pour le traiter comme un « 5 ». Sinon, je dois dire « appuyer sur « ( » ou « et commercial » ou « tiret » ce qui serait un peu schizophrénique même pour moi qui ai des dispositions.

 

Il y en a qui s'ennuient à la retraite… Je les admire.

Repost 0
13 juillet 2017 4 13 /07 /juillet /2017 10:39

Un de mes lecteurs fidèles me fait valoir que mes théories ressemblent beaucoup à la théorie du complot. C'est une remarque je me me suis faite aussi je peux donc lui répondre.

 

« Ce n'est pas parce l'on est paranoïaque qu'il n'y a pas quelqu'un qui nous veut du mal, malgré tout. » Comme on le disait dans les années 60-70.

Cette phrase n'est qu'une formule abstraite qu'il faut adapter aux exemples concrets.

 

Un exemple un peu baroque.

Il est probablement faux d'imaginer qu'il y a un groupe organisé de personnes dont le but est d'envelopper la Terre entière d'une mince couche de merde de chien.

Pourtant, je mets le lecteur au défi de trouver une plage publique, une pelouse publique… où l'on puisse s'allonger sans être certain de se coucher dans les merdes de chiens fraîches.

Avec un peu d'imagination nous retrouvons la formulation des années 60-70. Il n'y a pas de complot mais ça revient en pratique quasiment au même. La théorie du complot est une exagération d'un phénomène réel.

 

En clair, ce n'est pas parce qu'il y a une théorie du complot sur un sujet que ce sujet ne pose pas problème.

Une façon nouvelle d'étouffer les questions sur un sujet consiste d'ailleurs à mettre en avant une théorie du complot qui aidera à discréditer ceux qui essayent de pointer un problème. C'est probablement un complot.

 

Ce même lecteur m'objecte qu'il ne peut pas y avoir de théorie du complot parce que différents groupes de pouvoir ont des intérêts contradictoires et il prend l'exemple des groupes pétroliers, des industriels du solaire et les fabricants de bio carburants.

Je comprends son objection mais elle me semble un peu simple.

 

Prenons les souverains de France et d'Angleterre. Ils avaient des intérêts contradictoires au point de se livrer des guerres à répétition. Lorsque les Français sont devenus républicains, les intérêts contradictoires ont été oubliés et les dits souverains se sont unis pour faire échouer la révolution. Ils avaient des intérêts contradictoires ET des intérêts communs. Nous avons là un deuxième exemple plus sérieux pour illustrer le « Ce n'est pas parce l'on est paranoïaque qu'il n'y a pas quelqu'un qui nous veut du mal, malgré tout. »

Qu'il y ait ou non un complot de la noblesse contre les républicains est peu important puisqu'en pratique tout se passe comme si il y en avait un.

 

Nous vivons dans une société de consommation. TOUS les groupes de pouvoir ont intérêt à ce que nous surconsommions. Cet intérêt commun est bien plus fondamental que les divergences d'intérêts qui peuvent surgir entre deux groupe rivaux. Le parallèle avec la noblesse et les républicains se décalque sans problème.

 

C'est pour cela que la publicité peut être considérée comme une propagande. Elle est omniprésente et martèle sans relâche que notre société de consommation est non seulement la meilleure mais la seule possible.

 

Si c'est si vrai, pourquoi faut-il tant le répéter ?

Repost 0
Published by John Smith Images
commenter cet article
29 mai 2017 1 29 /05 /mai /2017 10:02

http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/03/07/les-nouveaux-mots-du-feminisme_5090782_3224.html

Sans commentaires.

 

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/05/28/01016-20170528ARTFIG00186-paris-anne-hidalgo-demande-l-interdiction-d-un-festival-interdit-aux-blancs.php

Sans commentaires.

 

Et en plus il y a 20 % des Français qui ont voté pour M. Fillon.

 

Décidément « Quand on voit ce qu'on voit et qu'on sait ce qu'on sait, on a bien raison de penser ce qu'on pense. (Proverbe suisse). »

Repost 0
Published by John Smith Images
commenter cet article
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 08:57

Dans la rue trois jeunes hommes parlant Espagnol, assez éméchés, se font remarquer.

Ils sifflent les jeunes femmes habillées comme le sont les Praguoises un Vendredi soir, qui, en retour, les regardent comme on regarderait des limaces dans son assiette.

 

Ils ne sont pas trop moches, pourtant et s'ils le demandaient elles leur indiqueraient sans doute les endroits où l'on peut s'amuser un Vendredi soir à Prague. Les accompagneraient même qui sait ?

 

Ce doit être le « qui sait ? » qui gêne. Le fait qu'une jeune femme puisse avoir envie de rencontres mais pas inconditionnellement avec eux, qu'ils puissent être évalués défavorablement par une femme.

 

Siffler la fille est moins risqué. Si elle répond favorablement c'est qu'elle est prête à beaucoup accepter en échange de l'attention d'un homme. Pour les siffleurs le risque d'échec diminue considérablement.

 

Le stéréotype féminin est bien valable. Une fille qui réagit favorablement à un sifflet est effectivement plus « facile » qu'une autre.

Le stéréotype masculin est vrai aussi : Un type qui siffle les filles dans la rue est un type qui a peur d'être rejeté, quelqu'un qui n'a pas confiance en lui, qui accepte mal qu'on lui dise non. Un type dangereux.

 

Repost 0
Published by John Smith Images - dans Philosophie Rites amoureux
commenter cet article
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 21:10

Imaginons un pays de gens intelligents et fourbes.

Les dirigeants se disent « Faisons élire un complet imbécile, il sera ensuite facile de lui tirer les vers du nez. » Et ils le font, ils font élire un complet imbécile.

 

Ensuite lors d'une réunion informelle, après plusieurs vodka et une bonne dose de danse du ventre un type genre bon vivant dira quelque chose du genre :

 

« Come on Donald, you know you will never beat us. You don't even remember your passwoord for the red button at the moment.

- Yes yes I do ! I have it on a piece of paper somewhere. There ! Right here ! Look, look if you don't want to believe me. »

 

Les Russes ont bien des défauts mais on est obligé d'être admiratif parfois.

Repost 0
Published by John Smith Images
commenter cet article
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 07:50

Un lecteur ne veut pas croire que je suis vraiment le grand mage John Smith ni que je peux guérir toutes les blessures liées à la danse, au saut en hauteur, à la gymnastique etc. par simple imposition des mains.

Il a tort. Je le mets au défi de trouver, parmi les 6 milliards d'individus qui peuplent notre planète, une seule personne qui serait insatisfaite du traitement reçu.

Il me demande aussi pourquoi il faut des sports comme la gymnastique. C'est que l'imposition des mains fonctionne mieux quand la masse graisseuse est inférieure à 10 % Au delà le flux magique ne passe pas bien, la graisse faisant isolant.

 

Une lectrice me demande si le grand mage John Smith peut bouter la Marine hors de France.

Je suis désolé de la décevoir. J'ai invoqué les esprits, en particulier l'esprit français qui est chargé du dossier. Il est aux abonnés absents. Il semblerait que le démon Têh Lay ait bouffé l'esprit français. Il a aussi mangé les couilles et les tripes (il a dû le confondre avec un mouton). Comme je suis mage et pas sorcier, je ne peux rien faire sans les esprits. Impossible de bouter la Marine hors de France.

 

Un lecteur anonyme a commenté mon billet sur la ferme des animaux de George Orwell. « De la merde » me dit-il. Comme il est resté anonyme je ne peux savoir si c'est un barbu au crane rasé habitant la banlieue de Bruxelles, un type au crane rasé habitant Hénin-Beaumont, un type au crane rasé qui porte une longue robe noire ou un intellectuel à lunettes cerclées d'or qui joue de la batterie dans un groupe de jazz… Quel dommage…

 

Un lecteur s'étonne que je ne commente pas les récentes élections françaises. C'est que je n'ai rien à dire. Que dire par exemple aux 20 % de mes compatriotes qui ont réussi à voter pour M. Fillon ? Ce serait comme dialoguer avec ces bestioles blanchâtres qui vivent sous les pierres sur un sol humide.

 

Enfin, un lecteur ne croit pas que j'aie des lecteurs. Son nom est Personne ?

Repost 0
Published by John Smith Images
commenter cet article
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 10:16

Une lectrice me demande en privé pourquoi je ne poste plus sur le féminisme. Je lui réponds par une anecdote qui me paraît intéressante.

 

Dans le train entre Marseille et Toulon, un groupe de jeunes entre 18 et 23 ans discute.

 

Une fille montre à sa copine les chaussures qu'elle a achetées dans l’après-midi. De taille 38 précise-t-elle en réponse à son amie. Elle montre ensuite une autre paire. L'amie remarque que c'est du 40. Un garçon intervient

« -Tu fais du 38 et tu achètes du 40? »

 

La jeune fille explique alors très simplement, factuellement, que le 38 c'est sa pointure pour les chaussures plates mais que les autres sont des chaussures à hauts talons et que, comme le poids du corps repose entièrement sur la pointe, ça dilate le pied : il faut prendre plus grand.

 

Les garçons semblent découvrir un univers dont ils ignoraient l'existence. Ils en sont vaguement gênés.

 

Un peu plus tard, une fille demande pourquoi Martine n'est pas venue. Une amie lui répond qu'elle était fatiguée, elle a préféré rester chez elle. Cela déclenche la réaction « Elle a une maladie de fille » d'un des garçons. La réponse « Ouais ben si t'avais une maladie de fille tu serais pas chez toi tu serais à l’hôpital ! » déclenchera le fou-rire de la gente féminine.

Les garçons évitent de se regarder, gênés, encore une fois.

 

Encore un peu plus tard un garçon demande à la fille des chaussures si elle viendra à la soirée de Samedi. Elle répond par la négative, son amie expliquant qu'elle ira voir Clément. Étonnement généralisé puisqu’il est de notoriété publique qu’ils ont rompu. « Tu a cassé avec lui mais tu passes le Samedi soir avec lui ? » lancera le garçon intéressé par la taille des chaussures. « Cherchez l'erreur » ajoute-t-il.

La jeune femme explique toujours factuellement qu'elle « ne veut pas le laisser comme ça », qu'elle veut « finir proprement », qu'elle sait que c'est fini « mais pour lui c'est pas si clair ».

Les filles se lancent dans un concert de « C'est compliqué..., c'est pas toi c'est moi... (rires) » goguenards.

Les garçons qui ont déjà dû entendre ça dans la bouche de leurs copines sont atterrés par tant de duplicité.

 

Ces jeunes femmes font plus pour l'égalité hommes-femmes que tous les groupes « féministes » que j'ai pu voir. Elles ne se reconnaissent pourtant pas forcément dans le féminisme moderne.

 

Moi non plus.

Repost 0
Published by John Smith Images - dans Féminisme
commenter cet article