Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2017 1 03 /04 /avril /2017 08:28

Rhétorique.

Quand on commence à avoir des doutes sur la bonne foi de son interlocuteur dans une discussion, il est très simple de savoir s'il est ou non de bonne foi.

Schéma théorique :

Donner, dans le même mouvement, un argument factuel (donc difficile à réfuter) et un argument d'opinion (donc facile à réfuter) de préférence un peu anecdotique.

L'argument anecdotique a deux fonctions. Il offre une « porte de sortie » facile à votre interlocuteur, lui permettant de sauver la face ce qui est toujours important. D'autre part, si votre interlocuteur se précipite sur cet argument bidon pour délaisser le fond du problème il est probablement de mauvaise foi. Il sera en tous cas inutile de poursuivre des échanges qui seront forcément stériles.

 

En pratique :

Argument factuel « Le parti qui soutient ce candidat est dirigé par un repris de justice et de nombreux repris de justice sont soutenus par ce parti dans diverses élections. » C'est fort, facile à vérifier et d'une certaine façon sans appel. Si on vote pour un tel parti la corruption ne va pas beaucoup diminuer.

Argument anecdotique « La première chose qu'il fera une fois élu sera d'aller manger avec Bolloré sur son yacht ».

 

Si votre interlocuteur s'empare du second argument pour négliger le premier nous sommes face, au mieux, à un beau cas d'aveuglement volontaire. Inutile de persévérer.

Partager cet article

Repost 0
Published by John Smith Images
commenter cet article

commentaires