Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 08:09

Ce billet est dû à la journée « Contre les violences faites aux femmes (parce qu'elles sont femmes) »

Comment est-il possible qu'il y ait une journée « Contre les violences faites aux femmes (parce qu'elles sont femmes) »

Pourquoi chaque journée n'est-elle pas une journée « Contre les violences faites aux femmes (parce qu'elles sont femmes) » ?

 

Admettons que Tolstoï ait raison : Si les femmes sont victimes de violences (parce qu'elles sont femmes) plus que les hommes (parce qu'ils sont hommes) ce serait parce que la société l'accepte, in extenso « s'en fout ».

La moitié de la société est composée d'hommes. Un certain nombre d'entre eux n'ont pas grandi depuis l'âge de 8 ans et en sont toujours à ne pas vouloir de filles dans leur équipe de foot. « C'est qu'une fille ! » reste leur devise mais leurs corps les trahissent, ils se retrouvent coincés entre désir et ignorance. Plutôt que d'affronter leur gêne face à cette situation ils se précipitent sur des solutions simples : Elles l'ont cherché, elles n'avaient qu'à pas s'habiller comme ça, non veut dire oui de toutes façons, salopes etc. Ils acceptent ou nient la violence faite aux femmes parce qu'ils ne veulent pas penser aux femmes comme à des gens comme eux : Des égaux différents, c'est trop compliqué.

 

Si 3 hommes sur 4 étaient comme ceux que je viens de décrire, nous aurions 5/8 de la population (1/4 d'hommes et toutes les femmes) qui seraient contre les violences faites aux femmes ce qui est plus ou moins le cas.

Le problème c'est qu'être contre ne suffit pas. C'est refuser qui compte.

Tant qu'un nombre important de jeunes femmes continueront à chercher le Prince Charmant (Mr. Right est sa dénomination actuelle), tant qu'elles continueront à penser que se marier (pour vivre heureuse) est un plan de carrière, elles se placeront en situation de dépendance vis à vis des hommes et deviennent alors les alliées objectives des 3/4 des hommes décrits plus haut.

La preuve ? La plupart d'entre-eux ont des compagnes.

 

Et c'est pourquoi, Madame, votre fille est battue.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by John Smith Images - dans Féminisme
commenter cet article

commentaires