Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 12:12

Tous les photographes le savent, on ne fait pas toujours ce que l'on veut à la prise de vue, il faut parfois ajouter du contraste, parfois recadrer, parfois ajouter de la profondeur de champ.

Si les deux premières opérations sont faciles à faire depuis toujours, le numérique rend la troisième infiniment plus simple. Voici un petit tutoriel qui explique comment faire ainsi que les remarques artistiques qui en découlent.

Ceux que le tutoriel ci-dessous ennuie peuvent aller directement au paragraphe II) Enjeux artistiques. Je place le tutoriel ici néanmoins pour soutenir la réflexion artistique et éviter de parler dans le vide.

 

I) Le Tutoriel

Télécharger l'image brute ici. La photo est faite pour cet exemple, on voit l'idée mais l'image manque de profondeur. L'ouverture est volontairement de 10 là où il aurait fallu 4,5 environ.

 

Sélectionner le premier tiers gauche du bateau avec un contour progressif de 100. [ctrl et J].

 

Sur calque 2, appliquer le filtre flou de l'objectif avec un rayon de 100 et le reste par défaut.

 

Activer l'arrière-plan, sélectionner le centre du bateau [ctrl et j] puis appliquer le même filtre avec 66 de rayon. Placer calque 3 au dessus de la pile.

 

Activer l'arrière plan, sélectionner l'avant du bateau mais pas la mer en arrière plan [ctrl et j] et flou de l'objectif avec 33 deux fois. Placer calque 4 en haut de la pile.

Regardez bien votre pointe de bateau et la mer autour. Le bateau doit être flou, pas la mer. Au besoin ajouter un petit coup de flou gaussien si le bateau n'est pas assez flou (soyez prudent) ou éliminer les zones de la mer qui ne devraient pas être floues et qui le sont. C'EST LÀ QUE TOUT SE JOUE. Faites attention à cette étape.

 

Sélectionner largement en débordant sur les zones déjà traitées la mer à droite de l'image qui est trop nette, activer l'arrière-plan et [ctrl et j]. Placer calque 5 en haut de la pile et envoyer le filtre flou de l'objectif avec un rayon de 100.

Ajouter un masque de fusion vide et éliminer les zones trop floues avec une brosse de 300 pixels en faisant varier l'opacité.

 

Voici le résultats de mes efforts à ce stade.

 

II) Enjeux Artistiques

On peut donc faire en post-traitement la même chose qu'à la prise de vue. Quelle que soit la méthode utilisée pour produire cette image il faut en avoir l'idée C'EST À DIRE QU'IL FAUT CONNAÎTRE LES MOYENS, LES TECHNIQUES ET LES FINS UTILISÉES EN PHOTOGRAPHIE CLASSIQUE.

 

On peut encore améliorer l'image en travaillant d'avantage la jonction bateau-horizon. Je ne le ferai pas parce que c'est là que l'artiste pourra exprimer sa créativité, améliorer (ou pas) ce qui peut être obtenu en photographie classique : En laissant la jonction « trop » nette on attirera l'attention du spectateur sur ce point crucial de l'image, comme en y laissant un défaut. A vous de jouer.

 

 

 

 

Repost 0
Published by John Smith Images
commenter cet article
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 20:38

En regardant Histoire d'Ô j'ai été frappé par la beauté de Corinne Cléry en particulier dans la scène où elle défie du regard son amant « romantique ». Passons.

 

Du coup j'ai tapé Corinne Cléry dans un moteur de recherche et je suis tombé sur des pages porno. Évidemment.

 

Y aurait-il eu autant de pop-up, de virus, de trucs agressifs bêtement chiants si j'avais été sur une page consacrée au café ? Aurais-je eu des photos de grains de café en gros plan bien gorgés de sève ? De tasses de café fumantes plus grandes que nature ? De pages qui ouvrent des pages vers d'autres pages pour vanter les mérites du café russe ou brésilien ?

 

Aimer le café.

Aimer le sexe.

 

Avant le café du matin je ne suis bon à rien.

Six fois par jour j'ai besoin de café.

Je suis un drogué du café.

C'est l'heure de ma pause café.

C’est une vraie machine à café.

Il m'a fait du café express.

Vous avez envie de café ?

Contre la gueule de bois le café salé est un bon remède.

J'aime le café quand il est bien serré et bien fort.

Un café allongé, si ça ne vous avez ça.

Elle/il n'aime que le café noir.

Un café à réveiller les morts.

 

C'est l'heure d'aller préparer mon café, je vous laisse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by John Smith Images
commenter cet article
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 15:38

Je vous en prie, je vous en supplie, je vous en prie encore, si vous êtes réalisateur, acteur, scénariste, monteur, directeur de la photographie ou si vous avez quoi que ce soit à voir avec le film de série Z prenez le temps de regarder les maîtres du genre.

 

Prenez le temps de regardez la série Charmed dont de nombreux épisodes sont de parfaits Z (saison 6 « Sword and the City » au moins). Prenez le temps de regardez John Carter, Catwoman ou D.E.B.S.

 

Inspirez-vous du jeu de Holly Mary Combs quand elle se saisit d'Excalibur. « Woah » nous dit-elle, mais en subtilité, en finesse. Ça décoiffe, elle trouve ça bien, voit des possibilités, tout ça avec un demi-sourire et un (un seul) sourcil à peine levé. Bravo, bravo !

 

Regardez John Carter, voyez la princesse, son costume qui en montre juste assez et surtout pas trop. Notez la façon dont elle est filmée qui nous montre l'espace d'un instant (un instant à chaque fois mais plusieurs fois dans le film et judicieusement réparties) la naissance de la fesse quand elle se redresse. Inspirez-vous d'un succès du genre : tout y est.

 

Voyez la scène du bar dans D.E.B.S. et observez le jeu de l'actrice blonde, fâchée au début puis qui se laisse aller en parlant de sa thèse. Entendez la réplique cultissime « Oh my God ! She almost kissed you ! And you almost let her ! »

 

Inspirez-vous du début de Catwoman, de sa transformation de Patience en Catwoman. Rien de grotesque ici, rien d'outré dans ce début même si ça se gate ensuite. Observez le costume qui met en valeur sans vulgarité le corps de Halle Berry (probablement le film où elle est le mieux mise en valeur).

 

Produire un bon film Z demande un talent assez impressionnant pour un résultat qui reste … un film Z, un truc totalement inutile.

 

Une pyramide des temps modernes en quelque sorte.

 

 

 

 

Repost 0
Published by John Smith Images
commenter cet article
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 08:47

Avertissement :

L'auteur du point de vue ci-après a grandi (de 0 à 16 ans) environné de portraits photos réalistes et de reproductions de tableaux de Picasso. Il n’est donc pas étonnant que, pour lui, la frontière entre ces deux formes d'art soit un peu floue.

 

Les amateurs de peinture le savent, il y a une distance optimale pour apprécier une œuvre : Que serait un Monet vu à 50cm ?

En photographie classique cette notion est beaucoup moins importante en particulier parce que les contraintes du genre laissent moins de liberté à l'artiste. Qu'en est-il en photographie contemporaine ou en Nouvelle Photographie ? Avec le numérique, les artistes disposent d'une plus grande liberté, qu'en font-ils ?

 

Plutôt que de me livrer à un exercice abstrait et général, je vais commenter l'image :

 

http://johnsmithimages.net/galeries/001_Portraits/pages_web/icone.html

 

 

Ce portrait est un format 60cm x 60cm. C’est donc plus grand que nature. Si l'on regarde l'image de trop loin, certains verront le portrait peu réaliste d'une jeune femme avec un grand œil et une grosse bouche.

Pour voir ce portrait comme il a été conçu il faut se rapprocher jusqu'à ce que l'œil du spectateur ne puisse voir en même temps et en vision directe (centrale) l'œil et la bouche. Si l'on est à cette distance de la photo, l'œil du modèle attire fortement l'œil du spectateur et le fixe. Du coup la bouche apparaît en vision périphérique (latérale). Ces deux éléments de l'image envoient alors au cerveau du spectateur des informations par des canaux différents, le déstabilise, lui font un peu perdre ses repères et permettent à l'auteur de faire partager sa vision de cette jeune femme à un instant très précis.

 

On voit bien à travers cet exemple comment les nouveaux outils, par la liberté qu'ils offrent, permettent d'explorer de nouvelles voies et de nouvelles façon de s'exprimer en photographie.

 

Ce sont ces recherches que les "Rencontres de la Nouvelle Photographie" 2013 de Bucarest vont tenter de mettre en valeur.

Si le lecteur a envie d'en savoir plus sur le sujet de la Nouvelle Photographie, s'il veut partager ses avis ou son travail, qu'il n'hésite pas à rejoindre le groupe de Nouvelle Photographie :

 

http://www.facebook.com/groups/459707887374722/

 

A bientôt,

 

John.

Repost 0
Published by John Smith Images
commenter cet article
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 10:38

Quelque part sur Internet, quelqu'un a dit
« Le numérique est l'avenir de la photographie comme le fast food est l'avenir de la gastronomie »

Je n'ai pas voulu polémiquer avec lui mais je vais lui répondre ici :
« Si tu as du talent, du savoir-faire technique et du temps, tu peux faire en numérique la même chose qu'en argentique si tu avais du temps, du savoir-faire technique et du talent, alors que tu ne peux pas faire de gastronomie dans un fast food même avec tout ton talent. » 

L'essayer c'est l'adopter : ça met un terme à toute discussion oiseuse.

Repost 0
Published by John Smith Images
commenter cet article
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 13:48

Les Roumains ont en France assez mauvaise réputation. Ce n'est pas justifié.

 

Certes il y a des Roms en Roumanie mais ce n'est pas la majorité de la population. Ils sont d'ailleurs encore plus mal vus qu'en France au même titre que les Noirs, les Juifs, les Arabes et autres différents. Moi qui suis Français (ni noir, ni arabe ni juif), je peux vous l'affirmer : les Roumains sont des gens charmants.

 

Les Roumains ont aussi la réputation d'être malhonnêtes. Là encore ce n'est pas vrai, sauf des chauffeurs de taxis, des hommes politiques, des marchand du marché, des employés de Média Galaxy, des patrons de restaurants, des fonctionnaires des postes, des propriétaires immobiliers, des agents immobiliers, des chefs d'entreprises, des Directeurs de l'Université de Médecine, des banquiers et des amis qui vous veulent du bien. Ce n'est probablement pas la majorité de la population et les serveurs de bars sont par exemple beaucoup moins voleurs que leurs homologues parisiens du Rostand (face au Jardin du Luxembourg) ou des bars avoisinants les gares en France.

 

La Roumanie a la réputation d'être un peu moins avancée que le reste de l'Europe.

C'est relatif. Certes il faudrait être poète pour décrire l'état des routes dans le nord, mais à Bucarest il y a quelques avenues en bon état, sans chiens errants, sans nids de poules (pardon nids d'autruches) et même sans travaux perpétuels. Les travaux perpétuels sont d'ailleurs la preuve d'un dynamisme certain . On refait le Bulevardul Dacia en septembre 2011 puis en septembre 2012 et peut-être même encore en septembre 2013. Pourquoi toujours le B-dul Dacia et pas les rues qui en auraient besoin ? Le B-dul Dacia se voit ! En plus comme il est tout neuf, ça fait pas beaucoup de travail et on ne peut pas dire que la Mairie ne fait rien. Peut-être cela illustre-t-il aussi mon point précédent.

 

A la lecture de ce qui précède le lecteur inattentif pourrait avoir l'impression que je n'aime pas la Roumanie. Ce serait une grave erreur.

Si vous avez la chance d'aller dans un endroit desservi par le métro (ils existent, j'en ai rencontré) vous verrez que le métro est propre, fonctionne très bien et que d'une façon générale prendre le métro en été, en automne, au printemps et même en hiver est une expérience érotique. Les Roumaines ont des jambes dont la longueur est inversement proportionnelle à celle de leur short. Elles ont l'air de penser que, si on a des jambes comme ça, ce ne serait pas très gentil de ne pas les montrer et, une fois qu'on les a montrées, qu'il n'est pas très poli de ne pas regarder (penser à fermer la bouche et cesser de baver).

 

Le climat est brutal avec un froid intense l'hiver et un été torride. Les Roumains profitent au maximum de ce fait et s'il n'y a pas grand chose à faire contre le froid (4 mois) ils tirent le meilleur parti des 8 mois qui restent avec des bars à terrasses agréables et ombragées où il fait bon boire une « Lemonada » en faisant preuve de la plus élémentaire politesse envers les jeunes femmes citées plus haut.

Les Mairies des arrondissements organisent dans les nombreux parcs des spectacles de plein air gratuits et de bonne qualité. Si le spectacle ne vous plaît pas, vous pourrez vous tenir au courant des dernières avancées de la mode tout en faisant preuve de la plus élémentaire politesse, bien sûr. Tout cela est très démocratique sans cette frénésie du « Everything is under control » qui s'impose en France. On peut sans problème s'approcher et converser avec les artistes et les vedettes d'une façon totalement impensable chez nous.

 

La Roumanie a la réputation d'un pays peu sûr.

C'est faux !

Depuis que je suis ici, je n'ai jamais eu une impression d'insécurité.

Les forces de police sont très présentes et très discrètes (une tradition?). Les policiers sont armés mais sur les événements cités plus haut, les personnes chargées de la sécurité ne le sont pas, sont courtois, surveillent et dialoguent sans laisser se développer des comportements gênants ou agressifs. Je n'ai jamais vu de « Cowboys » à mitraillette comme dans les gares françaises (ils rassurent qui?) mais je n'ai jamais vu un geste déplacé même quand j'oublie totalement mon environnement pendant une prise de vue (je suis certainement alors une proie facile).

Les policiers sont fermes, polis et calmes, leurs interventions ne gâchent pas l'ambiance.

On a plus l'impression d'une police au service de la population qu'une police chargée de maintenir le troupeau dans son parc.

Il me reste à vérifier la sécurité aux abords des « massaj erotic » ou Gara de Nord à minuit. J'y vais et vous ferai un rapport complet très bientôt.

 

En conclusion je dirai que la Roumanie n'est ni pire ni meilleure qu'ailleurs. Au niveau institutionnel elle souffre des mêmes maux que partout ailleurs sous une forme plus crue encore. Cela est compensé par la nature des habitants qui restent gentils si l'on est ni noir, ni juif, ni arabe.

 

Un endroit agréable à vivre avec réserves et pour une période de temps limitée.

 

Repost 0
Published by John Smith Images
commenter cet article
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 08:17

L'autre jour, je suis allé à « La Foire aux oiseaux » de Pontivy sur un parking de centre commercial. Pour y accéder il faut payer 3 Euros. Pas question.

Je me suis rabattu sur la foire aux produits biologiques de Mur de Bretagne. Pour avoir le droit de faire gagner de l'argent aux commerçants il fallait dépenser cette fois 4€. Pas question.

Allons faire un tour à la grande braderie du Palais des expositions de Pontivy. Avoir la possibilité d'enrichir un vendeur m'aurait alors coûté 5€. Pas question.

 

Apparemment cette attitude est minoritaire. Les braderies, foires et autres événements commerciaux où il faut payer l'entrée sont de plus en plus nombreux et toujours très populaires.

 

Pourquoi ne pas généraliser :

« Bonjour, vous avez encore des baguettes ? Non, mais ça vous coûtera quand même 0,50 cents »

« Vous avez de l'épaule d'agneau désossée ? Non, 1€50 »

« Chers clients, pour mieux vous servir, la sortie sans achats de votre supermarché vous sera désormais facturée 2€50 déductible de vos achats »

« Bonjour, y a-t-il un train Rennes-Marseille direct ? Non mais ça vous coûtera 2€ »

« Pour commander, appeler le 0800 800 800 (0,34€ la minute) »

« Récupérer votre argent qui vous appartient quand même vous coûtera... »

 

Pourquoi certains peuvent-ils facturer l'accès à leur commerce et d'autres pas ? Parce que nous l'acceptons des uns et pas des autres. Cette acceptation et ce refus sont intimement personnels et se situent dans une zone de l'être humain que Tolstoï et Dostoïevski ont exploré et très bien décrite.

 

A chaque fois que la réponse à une anecdote apparemment anodine trouve sa on explication dans cette zone comme ci-dessus, nous sommes en présence d'une anecdote constitutive, une anecdote qui permet de passer de généraliser.

 

Exemples :

Pourquoi la France a-elle eu un Ministre dont le casier judiciaire n'est pas vierge ? Parce que nous l'acceptons.

Pourquoi les Bordelais ont-ils un repris de justice pour maire ? Parce qu'ils l'acceptent.

 

Pourquoi avons-nous un système politique gravement corrompu ? Parce que nous l'acceptons.

 

En l'acceptant nous le méritons parce qu'il n'y a pas de différence au niveau du résultat entre une acceptation passive et une adhésion volontaire.

Repost 0
Published by John Smith Images
commenter cet article
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 06:19

Une petite galerie des photos de Vladimir Cosma lors de son passage à Bucarest. sur le site :

 

http://johnsmithimages.net

 


Repost 0
Published by John Smith Images
commenter cet article
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 08:51

« L'argentique a disparu »

 

L'argentique a disparu ???

 

Ne t'inquiète pas mon cher Marc, l'argentique n'est pas mort puis qu'en nous il bouge encore.

 

Nous ? Les photographes du 21ème siècle. Tu le sais, en chaque photographe réside un peintre. Nous connaissons tous les règles de composition de l'image que nous décidions de les respecter ou pas. De même en chaque photographe numérique réside un photographe argentique qui connaît les canons et les racines de son art : Argentique ou numérique les règles de prise de vue sont encore assez semblables, non ?

 

Tu obtiens un négatif, j'obtiens un fichier, quelle affaire ! Ce que tu fais avec ton négatif comme ce que je fais avec le mien nous est personnel, c'est une histoire d'amour. Notre bébé ? Une photographie. J'aime vos enfants autant que les miens.

 

Mais aimez-vous les miens ? Depuis le début ma progéniture se plaint de n’être pas reconnue ! « Ce n'est pas de la photo ! » me disait-on en 1998. «Photographie est-il le terme idéal ? » écris-tu aujourd'hui.

 

Non, l'argentique n'est pas mort mais une certaine attitude face à la photo est probablement dépassée. La prise de vue n'est plus le seul moment privilégié. Les contraintes techniques liées au développement en argentique ont sautées apportant une certaine liberté. La décision d'exploiter cette liberté est une décision de l'artiste. Pourquoi essayer d'imposer à d'autres ce qui n'est somme toute qu'un choix personnel ?

 

 

Repost 0
Published by John Smith Images
commenter cet article
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 08:45

Il n'y a pas de poète pour chanter le film Z. Je ne suis pas poète mais je vais tenter de combler ce vide.

 

A la base, le film Z c'est typiquement Maciste contre les Monstres, Invasion Planète X, Godzilla contre la Mite Géante, King Kong (1933), Jason et les Argonautes, ce genre de choses.

 

Pour un film Z il faut donc :

  1. Une Princesse court vêtue dotée d'une forte personnalité (pas poitrine, personnalité!). Beau visage exigé.
  2. Des monstres et/ou des vaisseaux spatiaux que la princesse pour une raison quelconque a pris en grippe/sympathie et qu'elle décide de détruire/sauver/apprivoiser ce qui va lui poser quelques problèmes. A la rigueur une situation totalement invraisemblable au départ.
  3. Des acolytes (d'autres princesses/mecs/dragons/panthères mais pas nounours ou grenouilles vertes,) dont certains sont des traîtres infâmes.
  4. Un scénario, contrairement à l'idée reçue.
  5. Une affiche.

 

Avec cette définition la catégorie du film Z s'étend :

Starwars, DEBS, Lesbian Vampires Killers, Jennifer's Body, Tarzan (avec Jane March), Le seigneur des Anneaux (malgré son manque de vraies princesses court-vêtues), Buffy contre les Vampires(la série avec Sarah Michelle Gellar), Charmed, Véronica Mars, Sexe Intention I (avec Sarah Michelle Gellar), L'Amant (avec Jane March), D.O.A., Captain Sky and the World of Tomorrow, Star Dust, Tomb Raider, Le Retour de la Momie, Heroes (la série), Legend, Catwoman(avec Halle Berry), Pirates des Caraïbes I (pas 2 les autres je ne sais pas) ...

 

Pour faire un bon film Z il faut :

  1. Qu'à un moment dans le film la scène présente sur l'affiche soit affichée sur l'écran. C'est IMPÉRATIF.
  2. Que le réalisateur prenne son film et ses personnages au sérieux. La forme et le scénario du film sont déjà plus ou moins kitsch, inutile de se moquer des personnages, ça devient insultant pour le spectateur. C’est pour n'avoir pas respecté cette règle que Lesbian Vampires Killers est un tel navet malgré sont titre alléchant et c'est pour avoir respecté cette règle que Starwars est un tel succès.
  3. Si le ressort du film est une situation invraisemblable au départ il faut traiter la situation avec le plus grand sérieux.
  4. Que les personnages ne soient pas trop monolithiques. Il faut au moins un méchant qui soit plus ou moins séduit par la princesse (qui le détruira ou pas si affinité) et il faut au moins un bon qui trahisse un peu. Il faut que la princesse, à un moment ou un autre, ait un peu envie de tout laisser tomber. Voir Galadriel ou Bilbo dans Le Seigneur des Anneaux ou l’héroïne dans Legend (un vrai chef d'œuvre). Dommage que Princess Leila n'ait pas eu cette tentation.
  5. Éviter la vulgarité et la mesquinerie chez les personnages. Si je veux des plans sur l'entre-jambes de Megan Fox je regarde des pornos. Si je veux du « plus mesquin que moi tu meurs » je regarde mes voisins, pas besoin d'acheter le film.

 

Un film Z s'adresse à la partie de l'adulte qui est restée un môme de 10-12ans. Il faut faire rêver cette partie en se souvenant qu'un enfant de 10-12 ans est plutôt malin, assez pudique mais admiratif du sexe opposé et aime être surpris agréablement.

 

Il n'est donc pas si simple mais pas non plus très compliqué de faire un bon film Z.

 

Pourquoi y en a-t-il si peu ?

 

 

Repost 0
Published by John Smith Images
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de johnsmithimages.over-blog.com
  • Le blog de johnsmithimages.over-blog.com
  • : Un blog destiné à ne pas être lu pour écrire tout les secrets du monde
  • Contact

Recherche

Liens