Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 09:12

Sur Facebook une de mes amies publie la citation suivante :

« I used to walk into a room and wonder if they liked me. Now I wonder if I like them. »

Parfois c'est un « Oui ! » et tout va bien. Parfois, c'est un « Non ! » et il ne faut pas oublier de sortir le plus rapidement possible.

La plupart du temps c'est un « Je ne sais pas trop ».

C'est assez facile de savoir si vous devez rester dans ce cas. Voici quelques règles faciles à mettre en œuvre, enrichissantes et qui vous rendront populaires.

On peut tout résumer par un « Regardez les gens ».

Regardons comme ils se comportent les uns envers les autres. Sans s'engager, observons.

N'étant pas engagés nous aurons plus de détachement.

Ce type qui pose une question mais n'écoute pas la réponse, à éviter, évidemment. Quelle sorte de relation peut-on débuter ?

Celui qui s'en prend à la tête de turc du groupe, simplement parce qu'il peut le faire ? À éviter : Il finira par s'en prendre à nous s'il peut le faire et de toutes façons avons-nous envie de fréquenter ce genre de brutes ?

La copine de la brute ci-dessus ? À éviter : Elle est au moins complice.

Le groupe qui adule la brute ? A éviter : Veules avec les puissants méchants envers les faibles… Quelle horreur !

La femme qui discute avec l'arriviste mal parvenu ? Elle a vraiment l'air de se foutre de sa gueule, à voir…

Évitons aussi celui qui répond à vos questions mais ne vous en pose aucune. Attention ! Ne pas répondre aux questions qu'il ne pose pas mais écouter ses réponses avec attention nous verrons pourquoi plus bas.

La soirée avance, nous commençons à avoir une idée plus claire de la situation. Nous pouvons d'une façon générale éviter tous ceux qui refusent aux autres ce qu'ils veulent pour eux-mêmes.

A éviter donc les religieux qui veulent une chose pour eux les hommes mais pas pour les femmes. A éviter aussi les gens d'extrême-droite qui veulent une chose pour eux, les blancs, mais pas pour les autres. Ils finiront toujours par vouloir quelque chose pour eux qu'ils nous refuseront.

A éviter les fayots qui veulent s'approprier une part du gâteau mais ne la partageront qu'avec ceux qui les fayoteront. A éviter donc ceux qui font du réseau.

Il ne reste plus personne ? Bienvenue dans le club.

On passe ainsi beaucoup de temps à écouter les expériences humaines de nos contemporains et elles sont intéressantes. J'ai aussi dit que si nous fonctionnons de cette façon nous deviendrons étrangement populaire. C'est simple à comprendre, nous écoutons. Comme les bourreaux qui ont besoin de victimes, les vaniteux et les gens peu sûrs d'eux ont besoin d'un auditoire. Ils nous rechercheront parce que nous les mettons en valeur. Les gens se mettront à rechercher notre compagnie, c'est assez drôle.

Si les femmes appliquaient cette méthode le nombre de femmes battues serait infiniment moindre. Y a-t-il un homme violent qui ne rentre pas dans une des catégories à éviter ci-dessus ?

Repost 0