Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 10:07

Une sujet que je trouve intéressant sur l'expatriation abordé par le petit journal sur le lien ci-dessous :

http://www.lepetitjournal.com/expat/vie-quotidienne/239104-expatriation-echec-temoignages


Comme Nicolas, je voyage de pays en pays. Tous les 4 ans.

L'expatriation c'est l'excitation de découvrir un nouveau pays, une nouvelle culture, une nouvelle vie.

C'est aussi l’occasion de découvrir une nouvelle langue (essayez le Tchèque pour avoir une idée), d'être constamment "l'étranger" (dans quel pays l'étranger est-il bienvenu?), de trouver de nouveaux amis (et d'abandonner les anciens avec ce que cela représente de déchirement), de trouver un nouvel appartement (dans un pays dont on ne parle pas la langue), de trouver un nouveau boucher (et de s'apercevoir qu'il n'y a pas de charcuterie digne de ce nom, c'est « culturel »), d'abandonner milles habitudes confortables pour avoir à en recréer milles autres.

Je n'aurais pas pu rester toute ma vie au même endroit, j'ai besoin du changement comme le sportif a besoin d'adrénaline mais il ne faut pas se raconter d'histoires : L'expatriation c’est du sport.

Je vois souvent des gens qui jalousent le statut d'« expats ». Ils nous voient parmi eux faire un travail qu'ils estiment pouvoir faire et pensent « Pourquoi lui et pas moi ? »

Je leur conseille toujours de tenter l'expérience mais les obstacles surgissent immédiatement : Je suis très mauvais en langues, la famille, les amis, bref tous les points évoqués plus haut. Ce qu'ils voudraient c'est être «expat » dans leur pays.

Ça a peu de chances de se produire.

Il y a un aspect plus sournois à l'expatriation. De temps en temps on est posté dans un pays dont on tombe amoureux. Quatre ans plus tard on est transporté ailleurs avec une nostalgie d'une vie.

Il y a même encore plus pervers. Sur la durée il nous manque les fromages français, la générosité grecque, la slavitude russe, la philosophie burkinabèse, le je-m’en-foutisme Tchèque, la générosité roumaine (différente de la grecque) etc. etc. etc. et l'on finit par avoir la nostalgie d'un pays qui n'existe pas.

Repost 0
Published by John Smith Images - dans Expatriation Le Petit Journal
commenter cet article