Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 08:57

Dans la rue trois jeunes hommes parlant Espagnol, assez éméchés, se font remarquer.

Ils sifflent les jeunes femmes habillées comme le sont les Praguoises un Vendredi soir, qui, en retour, les regardent comme on regarderait des limaces dans son assiette.

 

Ils ne sont pas trop moches, pourtant et s'ils le demandaient elles leur indiqueraient sans doute les endroits où l'on peut s'amuser un Vendredi soir à Prague. Les accompagneraient même qui sait ?

 

Ce doit être le « qui sait ? » qui gêne. Le fait qu'une jeune femme puisse avoir envie de rencontres mais pas inconditionnellement avec eux, qu'ils puissent être évalués défavorablement par une femme.

 

Siffler la fille est moins risqué. Si elle répond favorablement c'est qu'elle est prête à beaucoup accepter en échange de l'attention d'un homme. Pour les siffleurs le risque d'échec diminue considérablement.

 

Le stéréotype féminin est bien valable. Une fille qui réagit favorablement à un sifflet est effectivement plus « facile » qu'une autre.

Le stéréotype masculin est vrai aussi : Un type qui siffle les filles dans la rue est un type qui a peur d'être rejeté, quelqu'un qui n'a pas confiance en lui, qui accepte mal qu'on lui dise non. Un type dangereux.

 

Repost 0
Published by John Smith Images - dans Philosophie Rites amoureux
commenter cet article
19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 09:13

Tout le texte ci-dessous qui n'est pas surligné en jaune est publié sur une page Facebook. Mes réflexions sur le sujet sont en gras. La fin m'a paru sans intérêt mais le texte complet est visible sur

https://www.facebook.com/fcottel?fref=ts

Début du texte original.

Un parallèle de JP Grumberg en écho à l'article de Alain Deneault sur la médiocratie:

"Je ne crois pas que le monde occidental tourne mieux depuis que le politiquement correct a envahi les pensées et les paroles, pour dicter ce qui se dit et ne se dit pas, ce qui se pense et ne se pense pas.

Vous avez le droit de penser ce que vous voulez. Vos interlocuteurs aussi.

Je vois au contraire plus de misère, plus de frustration, plus de ressentiment et de division chez ceux qui ne peuvent plus dire ce qu’ils ont à dire, penser ce qu’ils ont à pensent, de peur de se faire insulter, diaboliser, marginaliser, voire dans les pays passablement répressifs comme la France, poursuivre en justice et condamner.

Vous faites une confusion : Il est interdit de dire PUBLIQUEMENT certaines choses, c'est à dire dans un média ou un programme. En privé, vous avez le droit de penser et de dire ce que vous voulez.

Je pense à tous ceux qui n’ont pas ma force de caractère et qui craignent de se faire traiter de facho, de sexiste, d’homophobe, de raciste, de nul, d’islamophobe, d’extrémiste, ou de xénophobe.

N'y a-t-il pas ici une dissymétrie ? Pourquoi auriez-vous le droit de traiter des millions d'êtres humains de sous-hommes ou de bises-nounours et pourquoi n'auraient-ils pas le droit de vous traiter de facho ? Si vous avez le droit de dire ce que vous voulez, pourquoi ne l'auraien t-ils pas aussi ?

Les ayatollahs de la pensée unique – la quasi totalité des journalistes et des rédactions, empoisonnent le monde et ne le rendent pas meilleur. Ces fossiles du stalinisme terrorisent les gens pour imposer un couvre feu de l’esprit qui nivelle les autres par leur bas.

Ce ne sont pas des fossiles du seul stalinisme. Ce sont aussi des fossiles du maccarthysme. Du fascisme. Quel régime appelez-vous de vos vœux ?

Cela dit je suis d'accord avec vous que les médias mentent mais sur bien d'autres sujets.

Pas moi, car j’ai le cuir tellement épais qu’ils ne m’atteignent pas, mais les autres, tous les autres, qui ont mon affection et mon soutien, qui sont moins solides, plus fragiles, mais dont la réflexion est plus élaborée et riche que les médiocres tyrans auto-suffisants qui ont pris le pouvoir.

Si vous pensez que je suis auto-suffisant vous avez probablement raison. Si vous pensez que je suis médiocre vous vous fourrez le doigt dans l’œil jusqu'à l'omoplate et si vous pensez que j'ai un quelconque pouvoir vous êtes dans l'erreur totale.

J’en connais quelques uns, de ces journalistes en vue, des Aymeric Caron, qui n’ont jamais articulé un seul argument mais se posent en autorité du prêt à condamner. S’ils insultent l’auteur qui dit ce qu’ils n’aiment pas, c’est par défaut.

« Pour La Bruyère, explique le philosophe québécois Alain Deneault (dont les idées économiques sont par ailleurs hasardeuses), le médiocre apparaissait souvent sous la forme d’un rusé qui se faufile parmi des gens méritants et compétents » … mais avec « Marx … le médiocre devient le référent de tout un système ».

Wow ! Vous avez la citation de Marx ? Je SUIS intéressé.

Et de cette médiocrité est né le politiquement correct, du politiquement correct la dictature des médiocres, qui fait trembler les gens méritants et compétents.

Mais non, vous l'avez dit plus haut: Ceux qui ont des couilles grosses comme des melons (vous peut-être) osent et peuvent dire ce qu'ils veulent. Ce sont les autres, les médiocres, qui tremblent. Forcément puisqu'ils tremblent…

Pour le bénéfice de qui, de quoi ? Du néant. Du vide.

Non, au bénéfice des puissants mais comme il faut des avoir couilles pour s'en prendre aux puissants on s'en prend aux autres.

Car la gauche a voulu faire table rase du passé, imposer sa pensée, pour fabriquer un nouveau futur, un homme nouveau, une société nouvelle. Mais ne crée pas qui veut…

Pas la gauche, LES COMMUNISTES. Vous faites toujours cette confusion. Par manque d’honnêteté ou par manque de capacité d'analyse ?

La suite de votre texte n'a plus de logique, vous partez sur des bases fausses. On peut montrer que l'eau est sèche avec des bases fausses.

Repost 0
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 08:34

« Si un hacker publie une photo porno sur mon journal Facebook et que personne n'est là pour la voir, cela reste-t-il une photo porno ? » Discuter.

« Si je publie une excellente photo mais que personne n'est là pour la voir, cela reste-t-il une excellente photo ? »

« Si je fais une excellente photo mais que je ne la montre à personne, cela reste-t-il une excellente photo ? »

« Si je suis un type très sympa mais que personne n'est là pour s'en apercevoir, suis-je encore un type très sympa ? »

« Si un homme politique est complètement corrompu mais que les électeurs continuent à voter pour lui, cela reste-t-il un homme politique complètement corrompu ? »

Repost 0
Published by John Smith Images - dans Philosophie Sujets du Bac 2015
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de johnsmithimages.over-blog.com
  • Le blog de johnsmithimages.over-blog.com
  • : Un blog destiné à ne pas être lu pour écrire tout les secrets du monde
  • Contact

Recherche

Liens